• Des vidéos tout à fait intéressantes, qui répondent pile à mes questionnements et aux difficultés que je rencontre en classe.

    Une introduction pour ceux qui ne connaissent pas du tout les questions autour de l'apprentissage de la lecture.
    https://www.youtube.com/watch?v=Xl8-z1plSO4

    Du décodage et de la compréhension, simultanés
    https://www.youtube.com/watch?v=jkYuCJX-13U

    https://www.youtube.com/watch?v=CMf9vU_1RyI


    votre commentaire
  • Hellow les profs !

    Une grande partie de cette année 2019-2020 est passée, nous sommes en avril, et j'aimerais profiter du confinement dans lequel nous sommes plongés (toi-même tu sais, warrior, toi qui a vécu comme moi l'année 2020 avec le Corona notre ennemi ! Seuls les vrais savent ce que nous endurons, ça fait 2 mois que je n'ai vu personne de mon entourage en vrai, vivant, palpable. Vade retro Coronas, saleté de virus ! Ah comment ça j'ai fait une petite digression ? Ah pardon...) pour faire un petit bilan de cette année sur le plan de la lecture.

    Donc... (où en étais-je ?)
    Cette année est bien différente de l'année dernière. 
    J'ai des élèves différents bien sûr.
    J'ai des non-lecteurs, mais qui avancent un peu. Bon. J'avoue que pour l'un des deux, c'est 2 pas en avant, 1 pas en arrière (3 pas sur l'côté, 3 pas d'l'aut' côté... il était-t'une bergè-re qui allait-t'o marché... Ah non pardon...)
    J'ai des très bons lecteurs (surtout lectrices d'ailleurs)

    Cette année, je n'ai pas fait du CP pour la moitié de la classe, comme l'année dernière.
    Je suis la méthode d'orthographe graphémique de Catherine Huby (révision des graphèmes en même temps). Cette méthode est incontestablement super et efficace.
    Mais elle prend beaucoup de temps et j'avoue que c'est épuisant, éreintant pour la maîtresse d'aider constamment, constamment, certains élèves qui sont à la ramasse. Le principe de la méthode est justement d'étayer énormément, de donner du temps à ces élèves, de les accompagner, les guider, les soutenir par nos explications et notre aider permanente...
    Certains se reposent sur leurs lauriers, sont sans cesse dans le "j'y arrive pas maîtresse".
    Normalement on les aide jusqu'à ce qu'ils se débrouillent tous seuls mais... ils ne se débrouillent jamais tous seuls.
    Et puis les dictées deviennent très longues, bien que je les raccourcisse toutes, ça devient trop long, trop de choses à savoir, il n'y a que les bons et très bons qui s'en sortent.


    Cette méthode permet de réviser les graphèmes et donc les correspondances sons lettres. Normalement, cela devrait avoir également une bonne incidence sur la lecture, les progrès devraient être visibles.
    Toutefois la lecture de textes (la fluence, la compréhension) ne suivent pas, je constate peu de progrès ou alors je n'en suis pas consciente, ça reste invisible...

    J'espérais avoir un peu de recul fin avril pour voir l'évolution, mais franchement je suis déçue, je ne vois que très peu de progrès chez les "moyens", dans mon école on dira "le ventre mou"...

    J'ai repris toute la lecture pour 2 élèves (allez on va aussi mettre 2 ou 3 autres qui étaient sortis du CP plus avancés, ils lisaient des syllabes eux (la belle affaire) mais qui ont un peu stagné au niveau des mots et des sons complexes, ne progressent pas des masse).

    Evolution pour mes 2 élèves non-lecteurs :
    Ils sont arrivés sans connaître toutes les lettres de l'alphabet, sans savoir ce qu'était une consonne et une voyelle, sans avoir compris le principe qu'on met toujours une consonne avec une voyelle pour la faire sonner.
    Ils sont arrivés sans savoir décoder n'importe quelle syllabe simple (to ma te - la va bo - do m i no - pa ra sol - tar ti ne). En encodage c'était encore plus la misère, si c'est possible, ils n'écrivaient pas de syllabes "plausibles" c'est à dire avec une consonne + une voyelle. Les mots étaient des suites de lettres, avec un sens caché mais qui ne correspondaient pas au mot (vfo pour vélo, otnt pour tomate).

    Au cours de l'année : les deux a beaucoup progressé en début d'année surtout, avec la révision / l'apprentissage des sons simples : voyelles et consonnes, de la combinatoire, des sons complexes faciles ch ou oi... Ils ont été capables d'écrire des mots, des phrases, mots transparents, avec des sons simples ou complexes très courants, et avec beaucoup beaucoup d'aide, d'étayage. Jamais en autonomie.

    Puis j'ai l'impression qu'il y a eu un moment de stagnation, de flottement.
    Comme une incubation, un temps de pause pour intégrer tout ça.
    Depuis que nous continuons la révision des sons complexes à un rythme d'environ 2 par semaine, ils n'avancent plus, ils restent au stade précédent.
    L'un des deux a toujours des difficulté dans le stade des graphies simples, par exemple les lettres ne sont pas dans le bon ordre, certaines sont oubliées s'il travaille seul.
    A aucun moment cet élève ne produit un mot correct s'il est seul.
    Il a 2 ans et demi de retard, selon le bilan psy.

    Pour les apprentis lecteurs (ceux qui galèrent) et le ventre mou, il y a peu de progrès aussi en lecture.
    J'ai toujours l'impression qu'ils galèrent à déchiffrer, ils sont très lents, la lecture est hachée, ils buttent sur les sons complexes, et le pire c'est que certains se démotivent pour lire.
    Même s'ils aiment bien l'histoire, qu'à chaque fois c'est un nouveau texte, pour avoir le plaisir et l'envie, la curiosité de découvrir la suite par eux-même, ils lisent "pour lire" sans essayer de comprendre, ils ânonnent, ils déchiffrent péniblement, sans mettre de sens sur les mots et la phrase qu'ils lisent, qui devrait se construire dans leur esprit. J'ai l'impression qu'ils lisent sans le but final : comprendre ce qu'ils ont lu.

    Pourtant, depuis le milieu de l'année (disons novembre décembre) je leur demande systématiquement, à chaque fois qu'ils lisent une phrase, d'expliquer à la classe ce qu'ils ont lu. 
    Mais je ne note aucun progrès chez ceux qui n'arrivent pas à lire de manière fluide.

    Ceux qui y arrivent sont ceux qui, déjà avant, lisaient plutôt bien, même si parfois c'était lentement, ceux qui lisaient le texte tout seuls dès que je distribuais pour "savoir la suite", étaient intéressés par l'histoire, essayaient de comprendre...
    J'en ai parlé avec Catherine Huby, elle m'a donné des conseils que j'ai essayé d'appliquer (s'arrêter à chaque phrase pour expliquer ce qu'on vient de lire) mais l'alchimie ne prend pas chez eux.
    Je ne sais pas ce qui, des difficultés en décodage ou des difficultés pour passer à la compréhension, freine à ce point l'accès au coeur même du LIRE, comprendre l'histoire.


    votre commentaire
  • Bonsoir, 
    Je partage aujourd'hui une méthode, découverte l'année dernière.
    " De l'écoute des sons à la lecture" de Thierry Venot.
    Il s'agit d'une méthode pour la GS qui présente des activités de pré-lecture que l'on peut faire en maternelle pour préparer nos élèves au CP.
    Bien que prévu pour des GS, la lecture de ce livre m'a beaucoup appris sur l'apprentissage de la lecture.

    Je la ressors aujourd'hui car nous avons un chantier de travail avec l'école maternelle de notre groupe scolaire, et j'ai proposé de travailler à partir de ce support.
    Nous allons travailler avec les collègues de maternelle sur ce qui est attendu en fin de GS, pour l'entrée au CP.
     

    Je trouve ce livre vraiment très pertinent mais pour moi, les dernières parties dépassent un peu le cadre de ce qui est attendu en GS.
    Autant le travail de phonologie sur les voyelles et les consonnes me parait tout à fait approprié, autant je pense que la partie sur la combinatoire des différentes lettres pour former des syllabes, ainsi que la dernière partie avec les phrases et histoires à lire, sont à réserver au CP car trop avancées.
    Le travail sur les voyelles et les consonnes est déjà une très bonne base et si les élèves avaient tous vu ça en GS, l'entrée dans la lecture serait sans doute facilitée, pour beaucoup d'entre eux.

    Voici le lien pour feuilleter ce livre : https://fr.calameo.com/read/000252235598d594f020b?authid=kpQIgHBM6jie
    Sur le site de Zaubette ici, vous trouverez du matériel pour mettre en oeuvre en classe les séances présentées dans ce livre.

    ***

    Il rejoint en partie le site de Daniel Clerc sur l'apprentissage de la lecture.
    Je retiens les idées suivantes à mettre en place en classe de la GS au CE1 :

    - Présenter de manière plus explicite les deux familles de lettres : consonnes et voyelles.
    Pour permettre aux enfants de conceptualiser la combinatoire de deux lettre, 1 consonne + 1 voyelle pour former une syllabe.

    - Représenter de manière plus explicite et visuelle les mots, dans la phrase, par exemple par des cartons. Ainsi que l'ordre de lecture, de gauche à droite, des mots.
    Pour faire conceptualiser aux enfants que chaque mot est une unité indépendante qui a du sens.


    votre commentaire
  • Bonjour,

    Aujourd'hui je partage un outil que je vais utiliser avec des élèves de CE1 non lecteurs : un syllabaire.
    Il s'agit d'un carnet avec les consonnes et les voyelles différenciées par leur couleur (bleue et rouge) qui permet de les agencer pour former des syllabes.
    Pour fabriquer ce syllabaire, j'ai utilisé le document modifiable du blog http://alexb.eklablog.com/le-syllabaire-a2830580
    J'ai rajouté les couleurs rouge / bleu, qui permettent de faire comprendre de manière plus explicite aux enfants les "familles" de lettres (consonnes et voyelles) sur le modèle qu'explique Daniel Clerc sur son blog très instructif.
    http://danielclerc.fr/ecole_apprentissages_lire_ecrire.htm#Construction_des_syllabes
    Je ne peux que vous encourager à aller le découvrir si vous ne le connaissez pas encore, c'est LE blog qui a ouvert le chemin à ma formation "sur le tas" en ce qui concerne l'enseignement de la lecture et de l'écriture aux élèves de CP CE1.

    Constat :
    Mes deux élèves ont compris le principe des sons codés par les lettres, ils en ont mémorisé une partie. Ils font cependant encore des erreurs, car même s'ils entendent bien, ils ne parviennent pas à décomposer en phonèmes.

    Lors des exercices d'encodage, quand je prononce une syllabe d'un mot (sa fi to pe), ils écrivent très souvent soit la consonne soit la voyelle (quand ils réussissent à trouver la bonne lettre) mais rarement les deux ensemble.
    De plus il leur arrive très souvent, surtout quand ils travaillent sans aide, d'écrire des suites de consonnes comme slda (salade), vfo (vélo), omrt (tomate).

    Le phonème est la plus petite unité de son, et bien que les élèves la perçoivent (ils entendent très bien si on prononce cha ou cho, tout comme fa ou sa), il est parfois très difficile pour eux de l'isoler et de trouver la lettre qui lui correspond. C'est pour cela que pour encoder une syllabe comme "to", ils écrivent "o" ou "t".
    Il est difficile de raisonner au niveau du phonème, car dans le cas de certaines consonnes, c'est une unité qu'on ne peut pas toujours prononcer seule. Pour certains élèves, il est trop difficile de raisonner au niveau du phonème et plus facile de raisonner au niveau de la syllabe.

    Quand ils écrivent plusieurs consonnes à la suite, cela montre que ces élèves n'ont pas intégré la structure de la syllabe de base (son consonne + son voyelle). C'est donc important de leur faire comprendre la construction d'une syllabe C+V et de leur faire mémoriser des syllabes. 

    1) Nous travaillerons la syllabe CV. C'est la syllabe la plus courante en français.

    2) Puis la travail des syllabes inversées VC (bien que peu nombreuses dans les mots) permettra de travailler le sens de lecture selon l'ordre d'apparition des lettres. 

    Cela sera utile pour des mots comme ar-bre, ob-ser-ver qui contiennent une syllabe VC. Et tous ceux commençant par une syllabe d'une seule voyelle : a-mi, a-na-nas, î-le, u-si-ne, o-li-ve 

    3) Ensuite nous passerons à la structure CVC, que je fais d'abord lire et encoder comme une syllabe CV puis ajout d'une autre consonne à la fin : CV + C. 

    Exemple : bo-l , la-c, fi-l, 


    4) Enfin nous verrons les difficiles syllabes de type CCV, que je fais d'abord lire et encoder comme une consonne puis une syllabe CV : C + CV.
    Exemple : b-ra , p-li.

    NB : J'ai choisi de fabriquer un syllabaire avec seulement 2 parties.
    J'ai fabriqué cet outil pour débloquer des élèves en grande difficulté et leur faire comprendre principalement le principe de la combinatoire des deux familles : 1 consonne + 1 voyelle.
    Bien sûr il faudra ensuite aller vers les autres types de syllabes.
    Je pense qu'à ce moment si le travail a suffisamment porté ses fruits et que les élèves ont bien progressé, il n'y aura plus besoin d'utiliser le syllabaire.

    Si vous souhaitez utiliser un syllabaire pour des syllabes en 3 parties, vous pouvez :

    -  soit utiliser ce syllabaire dans un premier temps, puis envisager de faire un nouveau syllabaire composé de 3 parties. 
    - soit faire le choix de fabriquer dès le début un syllabaire avec 3 parties, pour travailler par la suite les syllabes CCV ou CVC.
    Ainsi, quand vous assemblerez les feuilles, il faudra laisser un espace à droite pour créer une 3ème "case", et ajouter un jeu de toutes les lettres.
    Quand les élèves composeront des syllabes CV, vous laisserez seulement la case de droite vide.

    Voici le document à imprimer pour fabriquer son syllabaire et former des syllabes CV ou VC.
    Ce document à imprimer en couleur permet de réaliser 2 carnets A5.
    Vous pouvez réduire le format (en imprimant avec l'option 2 par page) et ainsi obtenir des carnets A6.
    Il est à relier avec une spirale.
    D'abord trouer les feuilles avec la relieuse (format A4).
    Puis couper le livret au massicot en 2 (dans la case laissée blanche) pour séparer les deux carnets.
    Enfin il faudra couper les "franges" des cases en 2, sans couper le peigne de reliure en plastique, bien entendu.

    Si vous souhaitez vous simplifier la vie, vous pouvez aussi couper en 2 carnets A5, puis agrafer.
    Il faudra ensuite couper au massicot entre les deux parties Consonnes / voyelles, mais sans couper la bande blanche en haut.


    votre commentaire
  • Essai puisque ça ne fonctionne pas sur fb


    votre commentaire
  • Je vous livre aujourd'hui en vrac quelques réflexions sur la lecture, en partie tirées des difficultés que j'ai rencontrées en classe avec mes élèves actuels.

    La lecture... Tout un poème, tout un monde !

    Je voudrais en particulier parler de mes élèves "apprentis lecteurs".
    Dans cette catégorie, je range les élèves qui ont compris le principe du code alphabétique, la combinatoire, mais qui n'ont pas automatisé la lecture.
    - Ils n'ont pas automatisé les sons complexes.
    - Ils n'ont pas mémorisé beaucoup de mots courants en lecture directe (globale).
    Ils ont donc recours au décodage pour presque tous les mots, à part plusieurs mots outils : le la les un une des elle il c'est...

    Aux évaluations nationales de cette année, sur le texte "Monsieur Petit", ce sont des élèves qui lisent moins de 15 mots par minute.
    Ce sont des élèves en difficulté, mais qui ont quand même compris le principe de la lecture et lisent quand même des syllabes sans trop de difficulté, des mots, des phrases.
    J'en ai 7 dans cette catégorie.
    Il faut savoir que dans ma classe, j'ai également 6 élèves qui lisent moins de 8 mots par minute, et butent sur des syllabes.


    Mes "apprentis lecteurs" sont aussi ceux qui ont le plus besoin d'entrainement.
    Ils doivent passer du stade de décodeurs à celui de lecteur (lecture assez fluide pour permettre de comprendre ce qu'on lit).
    Ils doivent automatiser la lecture. On doit travailler le décodage des sons complexes, des syllabes plus difficile (3, 4, 5 lettres) du type CVC ou CCV. Ils doivent intégrer les différentes valeurs des lettres selon le contexte (g, c,, valeurs du e...). Tout ça afin de parvenir petit à petit à une mémorisation de mots courants et à leur reconnaissance directe.

    Les sons en couleurs
    La 1ère idée que j'ai eue, pour travailler les sons complexes, a été de faire colorier les sons complexes en couleur.
    Je l'avais vu dans une classe de CE1 en observation. Si vous ne savez pas ce que c'est, je vous invite à aller chercher sur internet, c'est très bien expliqué.
    Je l'ai vite mis en place dans ma classe, mes élèves sont bien rentrés dans cette activité et ils ont bien compris le principe.

    Toutefois après 2 mois de classe, je me suis rendue compte que la manière dont j'avais mené cette activité était peu efficace.
    Je vous explique en quoi mes choix n'étaient pas judicieux :
    Afin de faciliter la recherche des sons complexes, je leur ai conseillé de prendre UNE couleur et de se focaliser sur un son.
    Par exemple prendre le crayon rouge et colorier tous les OU. Puis on change, on prend le marron et on colorie tous les ON.
    Seulement voilà les écueils de ce procédé :
    - premièrement, cela ne permet pas de distinguer les lettres O + N qui font le son ON, et ceux qui ne font pas le son ON.
    Exemple : Bon ou Bonne, là O et N ne font pas ON. Vendre ou Venir (VE et NIR) là E et N ne font pas EN. 
    C'est seulement en lisant le mot, et en voyant le contexte des lettres O et N qu'on va comprendre si les lettres font le son ON, ou pas.
    D'ailleurs nous avons eu une formation sur la lecture et cela m'a permis de bien éclaircir ces règles, que l'on ne m'a JAMAIS apprises lors de ma formation, sur la manière de lier ou pas les lettres. Je suis donc maintenant un peu plus au clair et je peux donc être plus explicite dans ce que je vais enseigner à mes élèves.

    - deuxièmement, quand l'élève a colorié tous les sons, déjà ça lui a pris 10-15 minutes, il n'a pas lu UNE SEULE fois !
    Donc il passe 15 minutes à colorier. Pas à lire. Finalement les élèves ne sont pas en train de travailler leur lecture des sons complexes. Ils ne disent pas "O et U ça fait OU" mais plutôt "O et U en rouge". Le son est un peu vite mis de côté.
    Oui, c'est censé préparer sa lecture, l'aider à lire, bref lui simplifier la vie. Mais justement c'est là que je ne suis plus convaincue.

    Quand il s'agit de vraiment se mettre à lire, on revient au début du texte, et c'est seulement là qu'ils commencent à LIRE de manière linéaire : on commence du début, on décode, on prononce les mots pour comprendre ce qu'ils veulent dire, on comprend la phrase.
    Et c'est là, quand ils commencent à lire, que PAF ils tombent sur un de ces fameux sons coloriés !
    Là les élèves cherchent "quel son ça fait ?". Alors ils se réfèrent au code couleur. Ils lèvent la tête vers le tableau, l'affiche ou sur leur sous-main, quel son correspond à la couleur. Tout le travail qu'ils ont fait auparavant (colorier) ne leur sert pas à grand chose, puisqu'il le refont à ce moment, quand ils lèvent la tête et cherchent sur leur sous-main les lettres et le son correspondant.

    Dorénavant, je vais donc procéder différemment. Je vais leur proposer de commencer à lire directement le texte, en partant du début. Et de colorier les sons quand ils les rencontrent.
    Ils feront donc la même gymnastique intellectuelle, de chercher les sons complexes, en s'aidant des couleurs, mais sans différer la tâche, au moment où ils en ont besoin pour déchiffrer le mot.
    J'espère que cela fonctionnera mieux.


    Déroulé de la séance de lecture
    Autre point auquel j'ai réfléchi, la façon dont je procède pour la lecture à voix haute.
    Pour l'instant je leur donnais le texte, je leur demandais de colorier les sons, et enfin de lire le texte en autonomie.
    Puis je les faisais lire à voix haute, l'un après l'autre (1 phrase chacun) en espérant que cette lecture d'UNE phrase les faisait progresser.
    Mais lors des dernières séances, ça ne s'est pas très bien déroulé.

    Pour la 1ère partie, quand ils colorient puis lisent seul en autonomie, mes élèves se dispersent vite. Ils me disent au bout de 5 minutes "Maîtresse on fait quoi quand on a fini ?" et ils me répondent que "oui oui oui, ils ont fini de lire tout le texte..." vu leur niveau en lecture à voix haute, quand ils lisent avec moi, je doute.
    J'ai bien vu que c'est peu efficace. Certains sont peu actifs, rêvassent, taillent leur crayons de couleur, se découragent.
    Donc lire en autonomie... c'est moyen efficace pour eux.

    Ensuite, quand ils lisent à voix haute devant toute la classe, la lecture est coûteuse, elle est hâchée et très lente, quand ils ont enfin déchiffré 4 mots, ils ne se souviennent plus du début de la phrase et du sens. La séance est donc trèèèèèèèèès longue (et j'aurai pu rajouter des èèè).
    Chaque élève ne lit qu'UNE ou DEUX phrases. Ca ne permet pas vraiment de progresser.
    Pendant ce temps, les autres (qui sont censés suivre avec leur doigt)... ne suivent pas tout du long (ou les élèves exceptionnellement scolaire). Et c'est bien normal ! Bref, ils s'emme*dent... s'ennuient.
    Et quand j'interroge le suivant, ils mettent 2 minutes à chercher le mot sur lequel on s'est arrêté... et comme ils lisent mal, ils mettent beaucoup de temps à trouver "on est à la cinquième ligne : Elle".

    Donc mardi, je vais changer ma façon de faire :

    - d'abord pour faciliter le temps d'autonomie, ils travailleront le texte à 2 (j'espère que cela les motivera et les obligera à travailler)
    - puis j'ai décidé de changer un peu de méthode pour faire lire ces élèves à voix haute et de les faire lire avec moi.
    J'ai commencé vendredi à faire passer 2 élèves à mon bureau, donc la fois suivante je prendrai 2 autres élèves.


    votre commentaire
  • Voici le déroulé que je prévois pour l'étude des sons complexes.

    Séance découverte habituelle : la lettre du jour
    - présentation de la graphie (mariage de lettres - O + U font OU)
    - écriture sur l'ardoise
    - trouver des mots où on entend le son
    - construire des syllabes avec les étiquettes lettres (au tableau)
    - encoder des syllabes dictées sur ardoise
    - lecture des syllabes

    Deuxième temps habituel :
    lecture de la fiche son
    (Rappel : j'utilise les fiches sons du blog "graines de livre" en format A6, ce qui me permet de faire un rituel assez rapide, sans utiliser beaucoup de papier).

    Puis des temps d'entrainement :

    Fiche syllabes / mots / phrases - en couleur

    --> lire les syllabes
    --> colorier les mariages des lettres amoureuses, lire les mots, les phrases

    (le texte est en couleur pour faciliter la lecture).
    Voici les premières fiches sur les sons OU et OI, puis des fiches trouvées sur internet.



    J'utilise le même code des "sons en couleurs".

     

    Texte plus long, en noir et blanc

    --> colorier les mariages de lettres amoureuses




    Je pense donc faire un son sur 2 jours, voire 1 semaine selon la facilité de mes élèves...


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, je fais un premier point sur ce début d'année.

    En étude du code, nous avons fait 16 sons simples :
    - les voyelles a e i o u y + é
    - les consonnes m l r s v f p b t 

    Mes élèves commencent à bien prendre le rythme sur les sons.
    Mais je sens que si je continue à ce rythme, ça ira trop vite pour la moitié de ma classe.
    J'aimerai passer un peu de temps pour consolider déjà toutes ces combinaisons de consonnes / voyelles.

    Puis passer du temps sur l'ordre des lettres car ça coince : syllabes inversées ra --> ar
    Enfin voir les syllabes à 3 lettres (car pal fil...)

    Il reste des consonnes simples que nous n'avons pas vues : n j g z c . Mais j'ai peur de créer des confusions avec celles que nous avons déjà vues.

    Je commence aussi à sentir la nécessité de passer aux sons complexes.

    Donc je pense passer les prochaines semaines sur de l'encodage de mots simples.
    Et de la combinatoire en variant les types de syllabes.

    ***


    Avant les vacances, je pense faire les sons complexes CHE - OU - OI. Même si rien n'empêche d'en parler à l'occasion, quand on lit un texte.

    Je vous livre donc mon organisation sur les sons complexes ici.


    votre commentaire
  • En ce début d'année, je fais travailler l'encodage à mes non-lecteurs et très petits lecteurs de CE1.

    J'ai lu beaucoup d'articles sur internet ces dernières années, qui m'ont beaucoup appris et ont nourri ma réflexion.
    Ma tutrice quand j'étais PES (qu'elle soit ici remerciée <3 <3) m'a également beaucoup appris sur l'apprentissage explicite des stratégies pour écrire / lire un mot.
    Je vous invite à aller lire les sites qui m'ont donné des pistes très intéressantes sur l'encodage et l'apprentissage du lire/écrire.

    En premier, un site qui semble peu connu, mais qui m'a marquée tant il est explicite et visuel. Il a été le premier à me faire comprendre comment on apprend aux élèves le code, à lire et écrire.
    Puis d'autres plus connus.

    http://danielclerc.fr/ecole_apprentissages_lire_ecrire.htm#mots_dictes

    http://www.titline.fr/alecole/encodage/

    https://lutinbazar.fr/dictees-muettes-encodage-de-mots/

    http://kalolanea.over-blog.com/tag/production%20d%27ecrits%20cp/
    blog sur lequel la bonne graphie est donnée.

    Je vous livre un petit bilan de ce qui me parait important :

    * Première nécessité, donner aux élèves une technique, une stratégie explicite pour écrire des mots.
    * Deuxième nécessité, DONNER aux élèves des indices.
    Evidemment, dans une activité d'encodage (tâtonnement) on ne recherche pas la bonne orthographe tout de suite. Encoder c'est écrire les lettres, en partant de ce qu'on entend. En partant des sons. Choisir la bonne graphie, cela ne relève pas de l'encodage, mais de l'orthographe.
    Mais forcément les élèves vont être confrontés au fait de choisir entre plusieurs graphies. La langue française comporte d'innombrables irrégularités, il n'y a aucune raison ou règle qui permette de choisir la bonne graphie. Autant leur donner la bonne graphie tout de suite. On sait qu'il est préférable de donner la bonne écriture tout de suite, plutôt que de faire construire une écriture erronée qui sera mémorisée.


    Donner des indices aux élèves, ça permet de les soulager, les lancer quand ils ne savent pas quoi faire devant leur page de cahier, les mettre en réussite aussi. Mais surtout de leur donner ce qu'ils ne PEUVENT pas deviner ou savoir, comme l'orthographe aléatoire d'un mot (pourquoi jaune et pas jone). 

    - donner le nombre de lettres
    - indiquer les lettres muettes, les lettres doubles
    - indiquer la place des graphies complexes (plusieurs lettres qui codent un seul son, par exemple OI, OU)
    - donner la bonne graphie, dans le cas de plusieurs graphies possibles (au eau - ain in - ai ei et è ê) .

    Sur le blog de Titline en particulier, j'ai trouvé intéressant d'indiquer les détails (lettres muettes / lettres doubles) pour chaque mot.
    J'ai l'impression que sa présentation ne va pas aider mes élèves. Les pictogrammes utilisés ne me semblent pas lisibles. Et surtout les pictogrammes n'indiquent pas la place dans le mot.

    Comme toujours je me retrouve encore une fois confrontée à mon perfectionnisme, je vais donc vous parler de mon organisation :

    * Je voulais au maximum réduire les photocopies, donc ne donner que les images et faire écrire les mots sur le cahier.
    * Je voulais également que les mots soient regroupés par son. Evidemment en CE1, les élèves connaissent déjà tous les sons, donc il est probable de rencontrer des sons complexes comme OI, ON, OU, AU, CH, AN...

    * Sur internet, j'ai vu beaucoup de supports pour l'encodage et j'ai trouvé extrêmement intéressant de donner le nombre de lettres. C'est le cas chez lutin bazar, la maîtresse et ses monstrueux,...
    J'ai trouvé un document sur le blog "la vie en classe" avec le nombre de lettres indiqué à la manière du jeu du PENDU (trait représentait chaque lettre).


    J'ai donné ce travail la semaine dernière, pour commencer l'année et faire une petite évaluation diagnostique.

    Je pense continuer à travailler de cette façon, en traçant les traits moi-même au tableau dans un premier temps, avant que les élèves passent sur leur ardoise.
    On passera ensuite à un travail collectif au tableau, très guidé.
    Je donnerai le nombre de lettres et on tracera les lettres en collectif.
    Puis progressivement, j'écrirai seulement le nombre de lettres. Ceux qui n'ont plus besoin de tracer les traits s'en détacheront.


    Ensuite, j'indiquerai la place de chaque "piège" avec un code.

    1) Dans notre école au CP, pour les sons complexes (plusieurs lettres qui font un son) on parle de "mariage" de lettres ou des "lettres amoureuses". On trace un coeur autour des lettres qui vont ensemble ; je vais donc reprendre ce code.

    2) Pour les lettres muettes, je pense mettre une croix sous le trait.

    3) Pour les lettres doubles, je dessinerai des lunettes autour des deux lettres, ou encore un pont.

    Au moment d'encoder, on rappelle la stratégies pour couper le mot en syllabes. On trace des arcs ou des ronds, pour symboliser chaque syllabe. A l'intérieur, je trace des traits pour symboliser les lettres.
    Et j'ajouterai à ce moment les indices.

    ***
    Côté matériel et déroulement de la séance, je vais utiliser des images classés par son.
    Je découperai une bande par élève et je distribue 1 son par jour.
    Les élèves collent dans le cahier (2,5 mm) dans la marge.
    Puis mise en route collective au tableau, on rappelle les stratégies (au moins pour ceux qui en ont besoin), on observe bien les pièges.
    Les élèves font la même chose sur l'ardoise puis temps de recherche.
    Au fur et à mesure, les élèves recopient leurs essais à côté de l'image.
    Puis correction collective, on écrira la correction en vert, à droite. 

    Cette semaine, nous avons révisé les voyelles. Bien sûr lorsqu'on encode, on utilise les consonnes, c'est pourquoi j'ai prévu de réviser les consonnes très rapidement (1 par jour).

    Voici la fiche que je vais donner cette semaine, sur les sons a i u o.
    Je l'ai faite à partir des tableaux d'encodage de kalolaéna. http://kalolanea.over-blog.com/tag/production%20d%27ecrits%20cp/

     


    votre commentaire
  • Cette année j'aurai des ce1, la moitié des élèves sera des non-lecteurs ou petits-lecteurs.

    Je n'ai pas de manuel de lecture, j'ai donc cherché des fiches sons sur internet pour me décharger de la longue tâche d'en fabriquer moi-même.

    Pour l'instant j'ai choisi d'utiliser des fiches à partir de la méthode Pilotis, en particulier pour utiliser les gestes (repris de la méthode Borel-Maisonny).

    Je pense donc partir sur les fiches du blog "Graines de livres".
    Je pense faire des révisions intensives dans les 3 premières semaines d'école, en revoyant 2 à 4 sons par semaine :

    les voyelles : a i o u e é è ê

    la plupart des consonnes : consonnes longues : m n l r f v s - ch, puis consonnes t b p d.

    Ensuite je reprendrais une progression moins soutenue, en revoyant
    - les syllabes complexes : inversion VC, syllabes de 3 lettres CVC
    - les graphèmes complexes (ez er - ai ei et es ette/erre/esse - au eau - ph - on an in  tion  x...)
    - les confusions visuelles des lettres b-d, ou oi on, au an
    - les valeurs des lettres
    - les trigrammes et inversion (ion oin... etc).

    J'essaye de faire une programmation pour estimer le temps que chaque son va prendre...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique